Un Setra à vocation gastronomique !

Au premier étage, 26 places spacieuses avec vue sur la chaine des volcans d’Auvergne. Au rez de chaussée, la cuisine, les réserves, un bureau et le poste de conduite. C’est Le Bus 26, un Setra S 328 DT transformé en salle de restaurant.

Le Bus 26. Depuis trois ans, Charles et Mélina Moncouyoux parcourent l’Auvergne avec leur Setra S 328 DT aménagé avec goût en véritable restaurant gastronomique.
« L’idée de départ était d’offrir à des petites villes ou des villages n’ayant pas de restaurant, une cuisine de qualité sans que les convives aient à se déplacer. Pour cela il nous fallait un véhicule qui puisse remplir les fonctions de cuisine et de salle de restaurant. Le Setra S 328 DT rempli parfaitement ces différents rôles », déclare Charles Moncouyoux.

Acheté d’occasion à un opérateur breton, le S 328 DT ne comptait que 690 000 kilomètres au compteur. De quoi lui offrir une seconde vie. Iseobus, spécialiste des équipements et aménagement d’autocars, basé à Saint Rambert d’Albon dans la Drôme, a réalisé les travaux nécessaires aux nouvelles fonctions du Setra. Surélévation du pavillon pour une hauteur de 1,85 m, changement des baies vitrées pour une ouverture totale permettant de profiter pleinement du paysage, boiseries… et bien sûr autonomie totale avec réserve d’eau, toilettes…

« Nous prenons grand soin de notre outil de travail, même si nous ne parcourons que quelque 25 000 kilomètres par an. Le Setra passe ainsi tous ses hivers chez Iseobus pour une révision et un entretien complets notamment de l’ensemble des joints », ajoute Charles.

Côté cuisine, Charles et Mélina font tout pour satisfaire une clientèle de plus en plus nombreuse. Si le succès était au rendez vous dès le départ, il n’est allé qu’en s’amplifiant au fur et à mesure des années. Aujourd’hui, les 26 places du premier étage sont réservées jusqu’à six mois à l’avance

Mais Charles et Mélina ne ménagent pas leur peine. Lever à 6h du matin, Charles se transforme d’abord en conducteur du Setra. Pas toujours facile sur les petites routes de la campagne auvergnate. Mais cela ne l’empêche pas de faire le tour de ses fournisseurs. Produits ultra frais et du terroir pour des menus improvisés mais toujours de qualité. Il faut ensuite s’installer et assurer la bonne stabilité du véhicule avant de se lancer en cuisine. Ce n’est qu’à ce moment que Charles peut faire preuve de ses talents et de son inventivité. Mélina assure les réservations, l’administratif, et se transforme en parfaite chef de rang le moment venu.

Leurs expériences réciproques, auprès de grands chefs et de grandes tables, leurs permettent aujourd’hui d’offrir à leurs convives une expérience inédite. Une ambiance chaleureuse et naturelle et une invitation à une évasion gourmande. Le contenu des assiettes se marie avec les saisons et propose toujours de vrais produits du terroir

« L’alliance d’exigence et de simplicité nous permet d’offrir une cuisine caractérisée avant tout pour sa vérité et sa fraicheur », confie Mélina.

« Nous sommes complets tous les jours. Et nos convives ne sont plus seulement les habitants des endroits où nous nous installons, mais viennent parfois de très loin pour déguster nos plats. Une clientèle de plus en plus qualitative et donc de plus en plus exigeante. De quoi se lancer en permanence de nouveaux défis », conclut Charles.

Pour en savoir plus : www.lebus26.fr